Alors que durant la seconde moitié du 20e siècle, les clubs sportifs étaient, en Suisse, les principaux organisateurs d'activités sportives, ils ont dû affronter, au cours des dernières décennies, la concurrence croissante de prestataires commerciaux (par exemple les centres de fitness) et celle du sport dit «libre» ou «informel», c'est-à-dire pratiqué en dehors de tout cadre organisé. A tel point que dans les années 1990, certains observateurs ont prédit une crise majeure pour le sport associatif.

C'est dans ce contexte qu'a été réalisée, en 1996, la première enquête suisse après des clubs sportifs – enquête reconduite en 2009 et en 2016. L'année 2005 a vu en outre la réalisation d'une étude qualitative.

Tous ces travaux ont montré que dans l'ensemble, les quelque 20 000 clubs sportifs suisses réagissent avec succès et flexibilité aux défis actuels. Même si certains secteurs du sport associatif ont des problèmes importants et se battent pour survivre, on ne peut pas parler d'une crise générale. La quatrième enquête auprès des clubs permettra de savoir, dans quelques années, si cette «success story» continue.

Zum Seitenanfang