Menu

Principales conclusions

Compte tenue de l’importance croissante du sport et de la santé dans la société comme dans la communauté scientifique, les filières d’études sportives gagnent en importance. Comme le montre le graphique, le nombre d’étudiants en sport en Suisse n’a cessé d’augmenter entre le début des années 1990 et 2009. Depuis 2010, il a de nouveau légèrement diminué, principalement en raison de la réorganisation des filières d’études (notamment à l’EPF de Zurich).

2017 étudiants en sport ont été recensés au semestre d’été 2018, ceux étudiant le sport comme branche secondaire n'ayant pas été pris en compte. La proportion d’étudiantes dans les filières sportives est passée de 40% au semestre d’hiver 1996/1997 à 46% au semestre d’hiver 2008/2009, après quoi elle a légèrement baissé pour atteindre 37% au semestre d’été 2018.

D’autres informations sur cet indicateur sont disponibles dans un document PDF (en allemand).

Sources et bibliographie

Système d’information universitaire suisse (SIUS), Office fédéral de la statistique OFS

Définitions

Jusqu’à la réforme de Bologne, les seules filières sportives étaient les cursus universitaires menant à un diplôme ou à une licence. Dans le cadre de la réforme, ils ont été progressivement remplacés par des cursus de bachelor et de master. De plus, les filières d’études sportives comprennent désormais des doctorats et des offres de formation continue offrant au moins 60 crédits ETCS (équivalant à une année d’études à plein temps).

Depuis 1999, les cursus proposés par la Haute école fédérale de sport de Macolin (HEFSM) sont également comptabilisés comme filières d’études sportives. Actuellement, les universités de Bâle, Berne, Lausanne, Fribourg et Neuchâtel, l’EPF de Zurich et la Haute école fédérale de sport de Macolin proposent des études de sport. A l’heure actuelle, l’Université de Genève ne propose plus de filière purement sportive.

Autres conclusions

D'autres informations sont disponibles dans un document PDF (en allemand) distinct.

Les analyses complémentaires révèlent par ailleurs les faits suivants:

  • L’évolution du nombre d’étudiants en sport depuis l’an 2000 a considérablement varié d’une université à l’autre. Alors qu’il a fortement diminué à l’EPF de Zurich, il a nettement augmenté à l’Université de Berne, surtout au cours de la première décennie des années 2000, alors que les universités de Bâle et de Lausanne n’ont enregistré une forte croissance qu’à partir de 2005 et 2012 respectivement.
  • Parmi les 2017 étudiants en sport  recensés en 2018, plus de la moitié suivait un cursus de bachelor (1139), et plus d’un tiers des études de master (709). La proportion d’étudiantes augmente avec le niveau des études.
Autres informations
Zum Seitenanfang